pacifique-006

      Le matin du 7 décembre 1941, jour de l'attaque de la base de Pearl Harbor par les Japonais, le conflit devint mondial. 
Le plan détaillé de l'attaque qui devait frapper l'île d' Oahu dans les îles Hawaï fut élaboré par un état major dirigé par l'amiral Isoroku Yamamoto, commandant en chef de la marine Japonaise.
L'objectif était de neutraliser la flotte du Pacifique pour six mois afin d'empêcher les américains d'intervenir dans le Pacifique à l'encontre du Japon.
De nombreux obstacles se dressèrent devant l'amiral Yamamoto comme le fait que l'île d'Oahu se trouve à plus de 5500 km du Japon et qu'il était donc impensable de débarquer sur l'île. Mais celui-ci était partisan de l'utilisation des portes avions et le japon  disposait de la première puissance aéronavale en termes de nombre en 1940. Contre vent et marées il prépara un plan audacieux basée sur une attaque surprise. Yamamoto s'entoura d' un officier de la marine rompu aux combats modernes : le commandant Minoru Genda et lui confia l'établissement d'un plan pour attaquer la base de Pearl Harbor.
C'est Genda qui établit donc les grandes lignes du plan final, selon l'objectif stratégique fixé par Yamamoto. La faible profondeur de la rade de Pearl Harbor rendait l'utilisation de la torpille classique impossible, les japonais utilisèrent donc des torpilles modifiées avec des ailettes en bois qui se brisaient en surface pour ralentir la vitesse dans l'eau. De plus Genda fit modifier des obus de marine de 400mn avec des ailerons pour les rendres perforants et ainsi percer les blindages et exploser dans les entreponts.
En novembre 1941, Yamamoto informa ses officiers de son projet à bord du cuirassé de 30000t Naguto : l'attaque se fera en deux vagues d'assaut aériennes, la première pour neutraliser l'aviation américaine au sol et les principales cibles navales ; la seconde pour parachever la première en infligeant le " coup de grâce ".
Ayant été en poste aux USA dans les années 30, Yamamoto avertit son état major de ne jamais sous estimer l'Amérique et souligna que le Japon avait besoin d'une victoire totale s'il voulait conserver son rang de grande puissance mondiale.
     Le 25 novembre 1941, la flotte d'attaque placée sous les ordres de l'amiral Nagumo appareilla des îles glacières des Kouriles au nord du Japon. Elle était organisée autour de 6 portes avions, escortée par 14 navires de surface et 5 sous marins dont la mission était de lancer 5 sous marins de poche dans la rade. Le tout emportant 432 avions
dont des  bombardiers Aichi D3A1 "VAL", des bombardiers torpilleurs Nakajima B5N2 "KATE" et les célèbres chasseurs Mitsubishi A6M2 "zéro".
La route se fit sous le silence radio le plus total, loin des routes commerciales car la surprise était la clef de l'opération.
     Le 2 décembre, le message codé "gravissez le mont Mitaka" fut diffusé, ainsi la machine était lancée et rien ne pouvait la stopper.
     Depuis le début de l'année 1941, la flotte du pacifique fut transférée de San Diego sur la côte ouest des Etats Unis vers Pearl Harbor moins bien défendue.
De plus l'amiral Kimmel et le général Short respectivement commandant de la flotte du pacifique et commandant des forces terrestres sur l'île ne firent rien pour améliorer la sécurité des forces sur l'île en dépit du fait que début 1941, l'embassadeur américain en poste au Japon Joseph Grew avait prévenu que Tokyo allait entreprendre une attaque surprise contre la flotte Américaine.
Ainsi la plupart des bâtiments restèrent au mouillage dans la rade de Pearl Harbor et les avions étaient garés ailes contre ailes sur les différentes pistes des aérodromes dispersés dans les îles Hawai, constituant une cible parfaite pour les appareils ennemis.

Carte-20Pearl-20Harbor1_2

La flotte américaine le matin de l'attaque


     Un deuxième message fut envoyé à Nagumo et fixa la date de l'opération au 8 décembre soit le 7 décembre à Hawai. On mis donc les pilotes au courant de leur mission ainsi que de leurs cibles, chaque pilote dut ainsi mémoriser la silhouette de sa cible.
     Le 7 décembre aprés minuit, cinq sous marins de poche devaient entrer dans la rade et attendre l'attaque des avions japonais. Mais dans la nuit, quatre dragueurs de mines patrouillent dans le chenal de la rade d'entrée de Pearl Harbor. A 3h42 l'un d'entre eux aperçoit le sillage d'un périscope faisant route vers l'entrée mais le destroyer à l'entrée du chenal ne le repère pas, considérant ainsi cela comme une fausse alerte.
A 6h30 nouvelle alerte visuelle mais cette fois-ci le destroyer USS Ward ouvre le feu ainsi qu'un hydravion Catalina. L'objet ne réapparaît pas et le commandant du destroyer envoie le message suivant à 6h53 : "nous avons attaqué, canonné et grenadé un sous-marin opérant dans la zone défensive". Plusieurs destroyer sont envoyés sur zone et des hydravions Catalina sont mis en alerte. Ainsi, le scepticisme général, la peur de la confusion et l'inertie de la chaîne de commandement aboutissent à un appel à l' amiral Kimmel seulement peu avant 7h45. Ce dernier décommande sur le champ sa partie de golf pour rallier son bureau, trop tard. La surprise n'a été préservée que par le manque de réaction des américains, habitués à de nombreuses fausses alertes dans les semaines précedentes.
     A 6 heures du matin, la flotte Japonaise lança le première vague d'avions  commandée par le capitaine Fushida constituée de 183 appareils  à 370 km de Pearl Harbor. L'objectif  était de détruire les aérodromes notamment  Hickam Field, Wheeler Field mais aussi  Ewa où sont stationnés des avions des Marines puis d'attaquer les navires amarés dans la rade en particulier les cuirassés Arizona, Oklaoma, West Virginia, California, Nevada, Maryland et Tennessee qui rangés par deux formaient "l'allée des cuirassés". Grâce à cela il était plus facile pour les Japonais d'infliger de sérieux dommages.
     A 7h40, les appareils de la première vague fondirent sur Oahu, la surprise fut complète, pourtant la formation aérienne ennemie avait été détectée par les radars Américains dés 7h15 mais l'officier en service ce matin là ne donna pas l'alerte car il attendait l'arrivée d'un groupe de bombardiers quadrimoteurs B17 " Flying Fortress".
Les navires sont ainsi surpris à 7h55, juste avant les couleurs, portes étanches et hublots souvent ouverts.
L' Arizona fut brisé en deux par 2 bombes de 800 kg  dont une fit sauter des soutes à munitions et coulé avec plus d'un millier de marins à son bord. L' Oklahoma fut également touché par 3 torpilles et se coucha sur
le flanc dans la rade de Ford Island avec de nombreux matelots à son bord qui y trouvèrent la mort.
Les cuirassés West Virginia, california et Nevada seront aussi touchés mais seront maintenus à flots par leur équipage. Le Tennesse et le Maryland seront endommagés par des bombes de 800kg  défectueuses qui ne touchèrent que les tourelles.
L'ancien cuirassé Utah, devenu bâtiment cible, est pris pour un porte-avions et touché par 2 torpilles.
Les destroyers Cassin et Downes sont atteints par une bombe et s'enflamment, le destroyer Shaw touché par 3 bombes explose.
D'autres navires sont touchés légèrement par le mitraillage des chasseurs zéro, des éclats ou des coups rapprochés ; le croiseur Honolulu est ainsi avarié par une bombe tombée juste à côté.
Quelques P40, tentèrent de décoller mais beaucoup seront détruits au sol de tel sorte que la quasi totalité des avions de
Wheeler Field et Hickam Field seront détruits.
Pendant ce temps les sous-marins n'eurent pas de répits : l'un d'eux fut coulé dans le port  et un autre s'échoua à l'entrée
du port.
     La deuxième vague rencontra une défense antiaérienne plus organisé lors de son  passage et se concentra sur le Pennsylvania et le Nevada ainsi que sur les installations portuaires.  
Dans un même temps trois destroyers et une poignée de contre-torpilleurs se rassemblèrent devant l'entrée du port en attendant une hypothétique attaque de la flotte Japonaise.
La deuxième vague s'attaqua également encore aux aérodromes mais six chasseurs de l'armée  P-40 et P-36, parviennent à décoller et réussirent à abattre 10 avions ennemis mais de nombreux chasseurs américains
sont détruits au sol ou en tentant de décoller.
     A 9h45, les avions de la deuxième vague retournèrent vers les portes avions, la plupart à court de munition et d'essence.
Le capitaine Fushida qui avait dirigé toute l'attaque demande une troisième vague d'attaque mais l'amiral Nagumo refuse et fait mettre le cap sur le Japon. Celle-ci aurait pu permettre de détruire les réserves de carburants et les ateliers de la base.

pearl_harbor


     A la fin de l'attaque Japonaise, de nombreux navires sont touchés : 8 cuirassés, 4 destroyers, 3 croiseurs, 1 porte-hydravions.
De nombreuses carcasses d'appareils brulent sur les terrains d'aviation ; l'armée conserve 97 appareils sur les 231 en état aprés l'attaque, la navy perd 92 avions et 33 appareils des marines sont détruits sur la base d'ewa.
Les américains déplorent la mort de 2388 soldats et 1100 blessés quand aux Japonais ils ont perdu 5 sous-marins de poche et 29 avions avec 55 hommes.
     A 10 heures les américains purent quitter leur postes de combats et organiser les secours. A l'évidence de nombreux marins étaient encore coincés dans les épaves, quelques dizaines purent être sauvés dans la journée et dans les jours suivants. Dans un cuirassé des hommes survécurent jusqu'à la veille de Noel sans que l'on puisse les dégager.
Sur l'île d'Oahu régnait un véritable climat de tension ; ordres et contres-ordres fusaient de partout. On siglalait partout des navires japonais et à chaque fois l'information était démentie.
Cette situation provoqua des incidents, 4 appareils de l' Enterprise furent abatus en tentant de se posMalgré le succés de l'opération, il y a plusieurs failles dans le plan de Yamamoto : l'absence des portes-avions ce jour là et le fait que les Japonais laissent derrières eux des installations presque intactes. L'USS Lexington est en route pour l'île de Midway depuis le 5 décembre, l'USS Saratogo est en réparation à San Diego et l' USS Enterprise est en route pour Pearl Harbor mais le mauvais temps retarde son arrivée.
De plus l' histoire retient que la flotte US à été détruite à Pearl Harbor en fait ils n'ont perdu temporairement que 8 cuirassés touchés à des degrés divers, seuls l' USS Arizona et l' USS Oklahoma ne seront jamais réparés : le premier  ne bougera plus jamais et sera transformé en mémorial et le second coulera en 1947 lors de son remorquage vers San Fransico.
Les six autres seront réparés, modernisés et participeront au conflit.
De nouvelles tactiques de combat seront adoptées, l' US Navy privée d'une partie de ses cuirassées, s'apuira sur ses portes-avions. Mais la flotte du Pacifique conserve aussi 44 destroyers, 16 croiseurs et 16 sous-marins et une partie de la flotte de l'Atlantique, en particulier le porte-avion USS  Yorktown passe le canal de Panama.
Le raid sur Pearl harbor choque l'opinion publique américaine qui jusque là était isolationiste et le président Américain Roosevelt qui cherchait manifestement un incident avec le Japon pour entrer en guerre aux côtés des Britanniques s'adressa au congrés en parlant d'un "jour d'infamie".
Diplomatiquement, les japonais ont été pris à leur propre piège. La remise d'un ultimatum à Washington était prévu mais le décodeur japonais de l'embassade a été moins rapide que l'américain et celui-ci se présente plus de cinquante minutes aprés l'attaque. Les américains peuvent ainsi souligner la traîtrise des japonais.
La déclaration de guerre est votée par 82 voix contre 0 au sénat et par 388 voix contre une à la chambre des représentant.
L'idée de vengeance occupait tout les esprits, ainsi le contre-amiral Halsey, qui depuis le pont de l' USS Enterprise en train d'entrer dans le port de Pearl Habor s' écria :
" Nous n'en aurons fini avec eux que quand le Japonais ne sera parlé qu'en enfer "
Le 9 décembre le quotidien Los Angeles Times, le journal le plus isolationniste titre :
"Condamnation d'un chien enragé"